Authentifier ses informations pour sécuriser et accélérer ses prises de décisions

L’inflation continue des flux de données et des sources disponibles change la donne pour tous les décideurs puisque l’enjeu n’est plus d’accéder à l’information mais de l’authentifier.

Dans un contexte de mobilité des talents, de mondialisation des échanges et de multiplication de la fraude et des falsifications, la multiplication des données et des interlocuteurs favorise les risques d’erreur sur la personne et complique les prises de décisions.

Vérifier ses informations pour s’assurer de leur authenticité permet de créer le climat de confiance propice au développement et à la pérennité d’une organisation, au profit de toutes ses parties-prenantes.

« Comply or explain »

Le législateur tend même à faire de l’intégrité et de la transparence des conditions sine qua non au droit d’exercer (comply) ou, à défaut, il impose aux organisations de se justifier de façon détaillée (explain).

De nouvelles lois ont notamment été promulguées l’été 2014 sur les obligations de traçabilité des chaînes d’approvisionnement et d’information des consommateurs : origine et provenance des biens, contrôle des risques de corruption, de dommages sociaux et environnementaux, respect des droits de l’homme…

Fraudes et Falsifications en augmentation constante*

Dans le recrutement et les affaires, de plus en plus d’acteurs n’hésitent pas à travestir la vérité à leur avantage, par tous les moyens possibles et avec une créativité certaine. Les secteurs les plus touchés sont les services financiers, la distribution, les télécommunications

Du petit mensonge sur un CV au blanchiment d’argent voire au financement du terrorisme, force est de constater que la fraude est une tendance croissante qui dépasse les frontières, transcende tous les secteurs d’activité, quels que soient les profils.

Un chiffre clé en atteste : entre 2012 et 2014, la part des entreprises françaises qui ont été victimes de fraudes a doublé par rapport à 2009.

Pression – voire compétition – sociale et professionnelle, recherche du profit à tout prix, crise économique, crise des valeurs et des repères… les raisons objectives qui poussent un individu à la fraude sont nombreuses et même parfois totalement assumées.


Il est dit qu’embellir son CV est devenu un « sport national français »

9 candidats sur 10 trouvent « normal » d’arranger leur CV ou de falsifier leur dossier pour la location d’un bien immobilier : une pratique devenue « acceptable » puisque le risque encouru est minime et que « tout le monde le fait ». En cas de détection, ils déclarent d’ailleurs eux-mêmes mettre leur tromperie sur le compte de l’erreur de saisie.

0%
des entreprises françaises ont été victimes de fraudes entre 2012 et 2014
0%
des candidats retirent leur candidature après qu’on leur ait demandé d’en vérifier le contenu
0%
des chefs d’entreprise jugent les CVs peu fiables
0%
des dirigeants ne font aucun contrôle de CV

*Source : étude PwC sur la fraude en entreprise (2014)